Design inclusif

Un pour tous... John Maeda

Dans les locaux de Télécom Saint-Étienne, quelques étudiants de la Design tech académie entourent John Maeda après son intervention du 11 février. De gauche à droite : Marine Allione, Karima Combet, Manel Khoucha, Martin Khanpherian, John Maeda, Soufiane Belghit, Alpha Oumar Baldé, Rania Chaabane et Ludovic Bouix.
Pionnier du design numérique et aujourd'hui patron du design de Wordpress, le numéro un mondial des sites clés en main, John Maeda était à la Design tech académie. Petit aperçu de son intervention avant ses conférences pendant la biennale.

« C'est lui ! » Ce 11 février, à Télécom Saint-Étienne, des élèves murmurent comme s'ils attendaient le leader d'un groupe électro à la mode. John Maeda, doudoune bleu électrique et sac sur le dos, passe dans les couloirs avant d'intervenir devant les étudiants de la Design tech académie, une formation de dix mois qui prépare aux métiers du numérique des publics éloignés de l'emploi. Une dizaine d'étudiants, de tous les âges l'attendent dans une salle de classe pour l'écouter.

« Hi, I'm John Maeda », commence simplement le chantre du numérique pour tous. L'Américain ne parle pas français. Le sujet n'est pas aisé et la conférence est en anglais : les débuts sont difficiles. Mais les étudiants sont rapidement captivés par le quinquagénaire à l'allure juvénile et participent facilement. S'il ne maîtrise pas la langue de Molière, John Maeda sait communiquer ! Son exposé est digne d'une conférence TED, un show à l'américaine, accessible et imagé. Il parle lentement, avec des mots simples et explique d'abord que l'informatique est comprise et maîtrisée par seulement 5% de la population. Les 95% restants n'utilisent leur téléphone que pour liker sur les réseaux sociaux ou regarder des vidéos de chats. Ils ne produisent pas, ils ne font que réagir à ce qui leur est proposé. L'audience acquiesce en souriant.

John Maeda, selon son propre aveu, n'a pas pour ambition d'inverser radicalement les proportions. Il assure que son pari sera réussi s'il parvient à faire monter le taux des producteurs d'information, de contenu à 5,001% de la population mondiale. Pour le reste, son travail est de faire en sorte que les 95% comprennent la technologie grâce aux clés de décodage qu'il leur fourni. À chacun, ensuite, d'utiliser l'outil informatique à son niveau. Créer un site devient alors un jeu d'enfant. Les outils gratuits sont accessibles. Lui prêche d'abord pour WordPress : il dirige, depuis deux ans, les équipes de design d'Automattic, l'éditeur de logiciels qui a créé ce leader des sites internet gratuits. Mais ses conseils et ses explication valent pour tous ceux qui s'intéressent au numérique.
 
John Maeda compare l'idéologie derrière la création de Wordpress à une pizza. Avec des ingrédients simples, de la farine des œufs et de l'eau on obtient une pâte, Wordpress a créé une base sur laquelle tout le monde peut mettre la garniture qu'il veut, selon ses goûts.
Le codage quant à lui, réservé à quelques initiés (les fameux 5%), c'est la pizza gastronomique, avec des ingrédients haut de gamme ou des spécificités (végans, allergiques au gluten, etc.).

En parlant de lui, de son histoire, le designer donne aussi de l'espoir. Il se dit chanceux. Originaire de Seattle, pays de naissance de Starbucks, de parents sans formation scolaire, il n'avait, a priori, pas les qualifications pour intégrer le MIT, le fameux Massachusetts Institute of Technology, établissement d'excellence. Mais un de ces enseignants a su détecter son potentiel. À travers son intervention, il cherche à rendre la pareille aux étudiants. Il met en œuvre la célèbre culture américaine du « give-back », soit redonner du temps, partager son savoir à la communauté lorsque l'on se sent redevable, pour remercier de la bonne fortune.


Design inclusif

Un des combats de John Maeda est désormais l'inclusion, le fait de prendre chacun en compte, avec ses différences et de ne laisser personne sur le bord du chemin. Marqueur à la main, le designer entrepreneur, qui a aussi été consultant pour de grands groupes comme Google, illustre avec l'image ci-contre le mot qu'il a fait rajouter à son titre chez Automattic.
À la fin de son intervention, chacun des étudiants et des auditeurs a compris pourquoi le designer américain est l'un des invités phare de la biennale : l'inclusion est la notion qui sous-tend « Me, You, Nous, Créons un terrain d'entente », le thème de cette année 2019. Lucile Gonon
L'égalité donne la même chose à tous, l'équité (à gauche) prend en compte les différences - le juste traitement des choses, dit John Maeda.

Retrouver le portrait de John Maeda et toutes les personnalités de la Biennale dans Le magazine en vente à la boutique de la Cité du design pendant tout l'événement. 

En lien

Tendances 2019 par John Maeda

Le Design in Tech report 2019 en vidéo

Le directeur du design et de l'inclusion d'Automattic (Wordpress) présente son 5e rapport Design in Tech avec ses équipes et...

Exposition

Design in Tech

Carte blanche à John Maeda

De début janvier à fin mars, la Cité du design collabore avec John Maeda, dans le cadre du programme Design in Tech. Lors de...

Avant-première

Lancement du Design in Tech report 2019

John Maeda en première mondiale

En direct du Fil, et pour la première fois hors des États-Unis, John Maeda présente son 5e rapport Design in Tech 2019. Un...