Exposition

Stefania

Olivier Lellouche, hypercentre de Stefania, 2018 © Olivier Lellouche

À quoi ressemblera la ville demain ? Comment transformer cette ville pour en faire un terrain d'entente et créer une vision hybride de la cité, entre orient et occident ? C'est ce qu'explore l'exposition Stefania, pensée par les étudiants de l'ESADSE, dont la scénographie sert d'écrin aux projets présentés par une trentaine d'écoles françaises et étrangères ayant travaillé avec la Chine.


La France a formé, et continue de former dans ses écoles d'art, plusieurs générations d'artistes et designers chinois, aujourd'hui des acteurs majeurs de la création chinoise. Réunies par un appel à projet international, ou conçues dans des workshops franco-chinois réalisés à Saint-Étienne comme dans de nombreuses écoles au cours de l'année 2018, les oeuvres présentées témoignent du métissage autant que de la différence culturelle, entre l'orient et l'occident.

En écho aux problématiques d'urbanisation intense, que vit la Chine actuellement, la scénographie prend la forme de Stefania, une ville intra-biennale.

À Stefania, la temporalité est insolite : un jour correspond à une année. Le visiteur devient l'hôte d'une exposition vivante, changeant de visage chacun des trente jours de la Biennale. Les étudiants de l'ESADSE invitent à vivre les trente années d'une ville qui mute et évolue. Divisé en douze bâtiments, ce grand ensemble propose au visiteur une expérience autant qu'une visite d'exposition. C'est une exposition habitée, où les étudiants sont respectivement directeurs d'école, patrons de café, responsables de lieu de culte... Ils feront l'expérience des instances qui accompagnent la vie des habitants.


Avec des travaux provenant de 28 écoles européennes et chinoises
Pékin, Shanghai, Hangzhou, Shenzhen, Xian, Wuhan, Londres, Dijon, Brest, Strasbourg, Lyon, Nantes, Bordeaux, Annecy...


Thibaud Gouno, Storytelling de Journey to the Throne, septembre 2018 © École de design Nantes AtlantiqueThibaud Gouno, Storytelling de Journey to the Throne, septembre 2018 © École de design Nantes Atlantique
People Hot, Sea Hot, People Hot, Qingdao Hot, storybag2050, aôut 2018, entretiens vidéo © École supérieure des Beaux-Arts de BordeauxPeople Hot, Sea Hot, People Hot, Qingdao Hot, storybag2050, aôut 2018, entretiens vidéo © École supérieure des Beaux-Arts de Bordeaux
Depuis plus de 20 ans, les Écoles françaises accueillent en nombre, et avec succès, de jeunes chinois pour une formation initiale, ou une seconde formation. Cet accueil s'est transformé ces dernières années en opportunité pour nos élèves de s'ouvrir aux pratiques de ce grand pays, et de se frotter au laboratoire social et urbain qu'est la Chine contemporaine, autant qu'à son prestigieux héritage dans le domaine des métiers d'art. Pour les jeunes designers, dont la posture est d'inventer le monde de demain, il ne s'agit pas d'un modèle, mais d'un décentrement salutaire des problématiques liées à la culture européenne.

Les travaux présentés dans le cadre de Stefania ont été réalisés soit au cours de workshops associant des groupes d'étudiants européens et chinois, avec leurs professeurs, soit par des étudiants chinois en Europe, ou par des étudiants européens en Chine. Chaque projet, sélectionné par le commissariat collégial, met en jeu un questionnement culturel, le regard croisé d'une culture sur l'autre. Ces projets ne craignent pas de s'attacher aux stéréotypes, comme de faire valoir un point de vue candide, humoristique et plaisant. Mais il n'est pas seulement rafraichissant : il est nécessaire pour dédramatiser les grandes mutations à l'oeuvre dans nos modes de vie, et redonner un peu de liberté d'action aux jeunes générations légitimement avides de trouver leur place de créateur dans ce monde bien saturé.
Sécher aussi, le design à l'échelle de la ville (octobre 2018) © École nationale supérieure d'art de DijonSécher aussi, le design à l'échelle de la ville (octobre 2018) © École nationale supérieure d'art de Dijon
 Visages projetés, Louise Deldicque, Micro-édition, Décembre 2018 © École Supérieure d'Arts Appliqués La Martinière-DiderotVisages projetés, Louise Deldicque, Micro-édition, Décembre 2018 © École Supérieure d'Arts Appliqués La Martinière-Diderot
The first set of clothing upper body effect diagram,as well detailed drawings of internal and external items © Zheng Yue / Hubei Insttitute of fine ArtsInnocence Age, ZHENG Yue, Layer fabric, segment dyed wool, mohair yarn, rabbit hair yarn, DuPont paper, wool
Crumpling, printing, knitting (rod and crochet), quilting © Zheng Yue / Hubei Institute of Fine Arts (HIFA)
Testing the projection with director Aiden of the documentary, Installation Show on SZ HK Bi-City Biennale of Urbanism 2017, Dec 2017 © Aiden Deng Ai / Shenzhen UniversityTesting the projection with director Aiden of the documentary, Installation Show on SZ HK Bi-City Biennale of Urbanism 2017, Dec 2017 © Aiden Deng Ai / Shenzhen University
Coordination : Margot Behr

Scénographie : Olivier Lellouche avec Amélie Deneve, Marcel Mariotte, Marie Venon, Amélie Croynar, Simon Decottignies, Jovien Panné, Damien Bouty, Antoine Guerbois, Nicolas Crémoux, Léo Tachet, Romane Corlay, Cécile Van Der Haegen, Lisa Venerito, Lola Hen, Myriam Peres, Arthur Bitsch, Roméo Scaranello, Benoît Margerie, Camille Olympie, Martin Caillaud, Martin Sauvadet, Camila Ragonese, le collectif Au Détour (Pauline Petit, Mayotte De Saulieu, Enzo Pipart, Alice Néron, Léa Dal Zilio, Angèle Corthay), Laïta Cardin, Maëva Faucher, Salomé Kahn, Martin Ayala, Camille Lamy, Léana Mouches-Damian, Clémentine Post, Léo Rabiet, Cléa Di Fabio, Marion Fraboulet, Claire Clément, Marin Peclers, Laïta Cardin, Morgane Matheron, Lucas Rochet, Quentin Lebrun, Nicolas Crémoux.

Graphisme : Léa Delescluse, Raphaël Ye, Chia-hsun WU accompagnés de Michel Lepetitdidier, Denis Coueignoux et Juliette Fontaine

En lien

Conférence

Les écoles de design et la Chine

mercredi 17 avril
Présentation des partenariats pédagogiques des écoles françaises de création avec la Chine.

Les étudiants s'exposent

Pas de biennale sans l'École d'Art et Design de Saint-Étienne (Esadse). Les travaux des élèves sont partout dans la ville,...

Stefania s'élève

La ville imaginée par les étudiants de l'Esadse va vivre au rythme accéléré d'une année par jour pendant la Biennale....

Un autel pour les morts

Quel rapport entre le design et la mort ? Pour rendre notre fin plus belle, les designers s'intéressent de plus près aux...

Commissariat

Eric Jourdan, Julie Mathias, Claire Peillod, Emilie Perotto

Lieu

Cité du design – Manufacture3 rue Javelin Pagnon
42000 Saint-Étienne

Dates

Du 21/03 au 22/04

Retour